Sac-a-2, Travel and Run

  • b-facebook
  • Instagram Black Round

Journée de voyage folklorique : passage frontière Thaïlande – Laos !

21/03/2017

« Certains pensent qu'ils font un voyage,

en fait c'est le voyage qui vous fait ou vous défait »

Nicolas Bouvier

 

 

 

 

Pas d'article habituel pour vous narrer notre passage de frontière mais plutôt un récit pour vous raconter la folle journée que l'on a vécu.

 

 

Cette journée du 13 janvier 2016 ne commençait pas des meilleures façons... Les jeunes femmes thaïs au guichet de l'arrêt de bus de Phimai ne parlent pas un seul mot d'anglais et ne font aucun effort pour comprendre notre demande à savoir rejoindre Vientiane au Laos. Elles préfèrent se coiffer / maquiller (pas trop dur comme job) plutôt que nous répondre. Lohe légèrement agacé par cette attitude va essayer d'obtenir une réponse auprès d'un chauffeur de bus. Ce dernier n'en a aucune idée mais contrairement aux jeunes femmes il se renseigne auprès de ses aînés. Une bonne demi heure plus tard, nous avons enfin notre réponse. Pour rejoindre le Laos il nous faut prendre un bus qui se trouve à l'autre terminal soit à plus de trois kilomètres d'où nous nous trouvons. En entendant cela, les taxis motos qui jusque là ne se manifestaient pas se proposent de nous y déposer pour 100 B par moto ! Enfin, c'est plutôt une thaï qui attendait le prix qui a fixé le prix – hors de question pour nous de payer une telle somme, nous nous y rendrons en marchant.

 

En toute franchise, 3 kilomètres on se dit que ce n'est pas loin mais sous un soleil de plomb, avec les backpacks sur le dos et marcher sur le bord de la route par manque de trottoir, c'est une toute autre histoire.

Soudain sorti de nulle part, alors que depuis le début de la journée ce sont les femmes qui nous mettent des bâtons dans les roues, une jeune femme propose de nous déposer à l'arrêt de bus. Nous discutons avec elle et elle sait combien ce n'est pas facile de se faire comprendre en anglais. Afin de nous aider dans le périple qui nous attend pour rejoindre le Laos, elle nous rédige en thaï un mot afin que nous puissions nous faire comprendre des chauffeurs de bus. Nous la remercions infiniment et une fois déposés à l'arrêt de bus, une nouvelle mission nous attend, trouver le bon bus pour le Laos.

 

 

 

A peine arrivés sous le hall d'attente, de nombreux thaïs se réunissent autour de nous (il semblerait que les touristes se fassent rares par ici) et visiblement aucun d'entre eux n'est d'accord sur le-dit bus que nous devons prendre. Ils s'emballent, nous parlent en thaï oubliant que nous ne les comprenons pas. On nous donne plusieurs noms de villes pour rejoindre la frontière mais personne n'est en mesure de nous dire si nous pouvons les rejoindre ou non depuis ce terminal de bus. Bizarrement nous ne sommes pas stressés et prenons ces différents conciliabules avec le sourire, ce soir nous dormirons à Vientiane quoi qu'il arrive !!

 

 

Entre le plan et les conciliabules en thai, le passage de frontière s'annonce légèrement plus compliqué que prévu! 

 

 

Soudain comme sorti de nul part, un petit éléphant débarque sous l'arrêt de bus – scène totalement irréaliste. Je paye 20 B aux jeunes qui l'accompagnent pour lui donner de la canne à sucre mais ces accompagnateurs se chamaillent pour le billet et en oublient de me donner son en-cas … sur ce coup je me suis bien fait avoir !

 

 

 

Durant cette petite parenthèse un nouveau conciliabule a lieu concernant notre itinéraire avec de nouveaux personnages en scène. Un nouveau débat qui cette fois-ci aboutit, on obtient les différentes étapes que nous devons emprunter pour rejoindre la frontière à Udon Thani. On nous écrit au dos de notre pancarte les étapes à suivre en thaï et on nous dit de patienter à l'arrêt. On ne sait toujours pas quel bus nous devons prendre et surtout dans combien de temps il arrive.

Quelques bonnes minutes plus tard, ça s'agite autour de nous, notre bus arrive et on nous fait monter dedans : VICTOIRE !

 

 

 

Une fois bien installés dans le bus on se dit qu'au final ce n'était pas si compliqué. Mais nous avons peut être parlé trop vite... En effet, à peine 10 kilomètres plus tard, le bus s'arrête et on nous fait descendre au bord d'une voie rapide ! On a les yeux grands ouverts et sommes un peu perdus. L'un des thaï de l'arrêt bus qui était également monté dans ce bus, nous montre la passerelle et un abri de bus de fortune de l'autre côté de la route.

On emprunte la passerelle et une fois en bas c'est toujours marrant de voir la surprise dans les yeux des locaux lorsque l'on se trouve bien loin des sites touristiques. On lui présente notre jolie petite pancarte et en deux secondes le tour est joué, nous avons nos deux tickets pour la suite du trajet. On patiente gentiment sur le bas côté de la route, sans savoir encore une fois à quelle heure est censé passer le prochain bus.

Quelques minutes plus tard, l'homme nous annonce que notre bus arrive – un vieux bus local sans clim avec deux dernières petites places séparées pour nous. Ce trajet s'annonce long très looonggg !

Il fait une chaleur étouffante dans l'habitacle avec un seul petit ventilateur des années 60 à l'avant du bus ! Juste au-dessus de nos têtes se trouve un deuxième ventilo, Lohe décide donc de le mettre en marche mais c'est peine perdu – le moteur du ventilateur fait un tel vacarme que tout le bus se met à rire...

 

 

 

A 15 heures, nous arrivons au terminal de bus à Udon Thani, à peine le pied mis à terre que les chauffeurs de tuk-tuk se ruent sur nous pour nous déposer à une guesthouse. Je leurs présente notre petite pancarte et nous pouvons lire la déception dans leurs yeux – nous n'avons pas besoin d'eux. Nous nous rendons au guichet pour acheter nous l'espérons notre dernier ticket de bus en direction de Vientiane. Malheureusement, cela ne se passera pas comme souhaité, n'ayant pas préalablement fait notre visa par internet, nous ne pouvons pas passer la frontière avec le bus, il nous faut prendre un mini-van qui nous déposera à la frontière.

A peine le temps d'acheter nos deux billets et de faire un rapide tour aux toilettes que nous sommes de nouveau en route. Notre chauffeur nous largue san dire un mot – oui oui larguer est bien le mot, quelques mètres avant la frontière. C'est donc à pied et en solo que nous allons passer la frontière Thaïlande-Laos. Il nous faut d'abord nous présenter à l'immigration thaïlandaise pour sortir du territoire, et ensuite traverser le pont de l'amitié pour enfin nous présenter à l'immigration laotienne afin de faire notre visa. Le passage de frontière en lui même se passera plutôt rapidement bien qu'il ait fallu attendre nos passeports et donner plus que des 30$ requis pour le visa. Petits bakchichs en veux-tu en voilà !

 

 

 

 

Il est 18h lorsque nous récupérons nos deux passeports, il nous faut emprunter un dernier bus pour enfin rejoindre Vientiane et notre auberge de jeunesse. Lorsque nous attentions nos passeports, comme toujours quand il y a des touristes les chauffeurs se jettent sur vous – on nous a donc proposé de nous déposer à notre auberge en voiture. Après négociation et quelque peu épuisés de cette longue journée de transports nous acceptons le transfert.

Arrivés sur place, c'est une auberge hautes en couleurs et en dessins, citations et mots d'autres voyageurs sur les murs qui nous attend. Les propriétaires nous montrent notre chambre et là clairement nous n'avons pas pour habitude d'être difficile bien au contraire mais nous refusons d'y dormir.

La chambre est tout bonnement un débarras où pour accéder à son lit il faut enjamber les autres, aucune place pour poser ses affaires, pas de draps et surtout elle était infectée de moustiques.

Nous leur demandons gentiment s'ils n'ont pas une autre chambre de disponible. La seconde chambre proposait n'est guère mieux mais au moins les moustiques n'y sont pas.

 

Après cette longue mais surtout superbe journée où l'on s'est débrouillés par nous-mêmes pour le passage de frontière nous nous rendons au marché nocturne pour avaler un bon kebab tout en errant dans les allées animées.

L'aventure en Thaïlande est mise entre parenthèses pour quelques jours avant d'y retourner pour découvrir le nord.

 

 

 

 

Lohe & Elo 

Sac-a-2

Tags:

Please reload