Sac-a-2, Travel and Run

  • b-facebook
  • Instagram Black Round

Java et ses volcans: Kawah Ijen & Mont Bromo

26/01/2017

 

 

« Celui qui veut atteindre le sommet d'une montagne

doit prendre des risques en escaladant les parois abrupts ».

 

 

 

 

 Plateau du Mont Bromo 

 

 

Cet article relatif au plateau du Mont Bromo et du volcan Kawah Ijen se veut différent de ceux que l'on vous rédige habituellement. Les guides de voyage et les nombreux articles que l'on peut trouver sur le net sont bien rédigés et répondent aux diverses questions que l'on peut se poser. Alors pourquoi vous refaire quelque chose qui est déjà bien fait ?

Cet article ne sera donc pas une explication à comment s'y rendre, où loger et quels tarifs appliqués et acceptables mais le récit de nos deux longues mais inoubliables journées sur ces volcans javanais.

 

 

 

Mercredi matin nous prenons le train pour Probolinggo. Arrivés à la gare, nous prenons un bémo (mini bus local) afin d'être déposés à la station de bus pour nous rendre à Cemero Lawang village au pied du Mont Bromo.

Bien évidemment, le chauffeur ne nous dépose pas à la station de bus mais à une agence. Nous expliquons au responsable notre programme : faire seuls le plateau Bromo et ensuite le volcan Kawah Ijen. En discutant avec lui nous nous rendons compte que cela sera mission impossible de nous rendre à Ijen seuls et que surtout cela nous coûtera cher.

Immédiatement, il nous propose un tour organisé. Nous ne sommes pas fans des tours, on sait que le temps est compté et que l'on ne peut pas apprécier pleinement les sites mais voilà nous avons conscience qu'à les faire seuls en transports cela va assurément nous coûter cher...

Lohe prend les choses en mains est essaye de nous négocier le package à bon tarif.

 

En à peine 15 minutes nous sommes embarqués dans une voiture et déposés à une autre où l'on retrouve deux jeunes françaises en voyage (Claire & Rose) et un jeune couple d'anglais en voyage pour 7 mois. Nous voilà donc tous partis pour 4 heures de route en direction de Kawah Ijen.

 

 

KAWAH IJEN

 

En milieu d'après-midi notre chauffeur nous dépose dans la guesthouse d'un village pour y dormir quelques heures car il faudra être prêt à partir à 1h du matin.

Impossible d'aller nous coucher si tôt et après une journée de transport nous décidons d'aller nous promener un peu afin de nous dégourdir les jambes et visiter les alentours. 

19h après un léger repas, il est temps d'aller dormir quelques heures...

 

1h du matin comme convenu la veille nous voilà dans la voiture en direction du volcan Kawah Ijen afin d'aller admirer les « Blue fire » (flammes bleues).

Mais avant d'y parvenir une petite montée de trois kilomètres (et plutôt à pic!!) jusqu'au cratère nous attend .

Plus on monte, plus il est difficile de respirer en raison du soufre. Nous prenons des masques à gaz.

(A notre avis, vu l'état des masques ils ne sont pas indispensables – faites comme Lohe est emportez avec vous un sarong ou autre foulard pour vous couvrir nez et bouche).

 

 

 

 

Arrivés sur le cratère un paysage lunaire à couper le souffle s'offre devant nous... ou est-ce le soufre ?

A peine en haut, nous descendons à l'intérieur du volcan  pour aller voir les blue fire. On se croirait dans un décor de cinéma. L'ascension de Kawah Ijen est sans conteste à réaliser de nuit afin de ressentir l'atmosphère particulière qui s'en dégage entre les flammes et les porteurs de soufre.  

Le lever du soleil, vous offrira un tout autre décor, en laissant sortir de la pénombre et du brouillard le lac.

 

Lorsque l'on se rend sur le volcan Kawah Ijen on ne peut pas être insensible aux conditions de travail des porteurs de soufre. Ces hommes se détruisent la santé pour extraire le soufre et en porter jusqu'à 80 kg pour seulement quelques roupies par jour.

Si vous souhaitez en connaître un peu plus sur eux et leurs conditions de travail, nous vous renvoyons vers le reportage " Indonésie, les forçats du soufre " diffusé sur  France 24. 

 

" Indonésie, les forçats du soufre " - France 24

 

 

Très vite, le soleil se lève et nous remontons pour admirer le spectacle depuis le haut du cratère, le tout avec un petit-déjeuner improvisé.

 

 

 

 

 

MONT BROMO

 

En début d'après midi, nous arrivons au village de Ceremo Lawang – notre chauffeur nous dépose dans une guesthouse (avec le package nous n'avons pas eu le choix quant aux logements). Le village semble si paisible et loin de tout... Nous décidons d'aller nous promener mais ce n'était sans compter la pluie torrentielle qui s'est abattue sur le village.

Pas d'internet, un déjeuner pris à 10h (le décalage de la nuit) et un temps déprimant nous décident à aller dîner très tôt. Le choix se fera rapidement pour le seul et l'unique restaurant du village qui dégage des airs d'auberge de montagne savoyarde. Une petite raclette aurait été la bienvenue...

 

Avec un dîner à 16h et un réveil le lendemain aux aurores pour voir le lever de soleil sur le plateau du Mont Bromo, nous rejoignons notre lugubre guesthouse pour nous coucher. Le réveil sonne pour la deuxième fois, on avoue on a décalé l'heure impossible de se lever, nous sommes frigorifiés et exténués... avec une heure de sommeil en plus nous voilà d'attaque et surtout il va nous falloir être rapide si l'on veut voir le soleil se lever. C'est sans guide que nous nous rendons au point de vue « SENARI » afin d'avoir une vue imprenable sur le parc national Bromo – Tengger – Semeru et ses trois volcans.

 

 

 

 

 

La vue au petit matin est tout simplement incroyable depuis Senari et surtout il n'y a quasi personne, ce qui permet de profiter pleinement du spectacle qui s'éveille devant nous.

La plupart des touristes font un circuit en 4x4 et le ballet incessant des voitures roulant sur la Laotian Pasir (mer de sable) depuis notre point de vue donne le tournis.

 

 

 

 

Après une séance photo animée, nous redescendons en direction du village afin de nous rendre sur le plateau du Bromo. Et nous sommes les seuls (oui oui et c'est le kiffe!) à faire le tour par nos propres moyens, ceux que l'on a croisé en haut avaient leurs chauffeurs qui les attendaient.

Les rangers (enfin les hommes du village) à l'entrée du parc nous ont posé quelques complications et ont tenté de nous dire que notre billet ne comprenait pas l'entrée du parc et que nous devions payé. Alors que bien évidemment il était écrit en GROS dessus que les « fees » c'est-à-dire les droits d'entrée des parcs (Ijen et Bromo) étaient compris dans le package. Nous leur avons tenu tête et  à ce moment précis comme par magie ils ne parlent plus anglais. Ils nous tiennent tête mais niveau tête de pioche on peut difficilement battre Elo. Après plusieurs minutes, ils abandonnent et nous laissent passer.

 

L'arrivée sur la Laotian Pasir (mer de sable) est tout simplement à couper le souffle. Nous avons l'impression de marcher sur la lune.

Nous passons devant le temple qui semble hors du temps dans ce décor lunaire, croisons de nombreux touristes ayant troqués leurs voiture tout terrain pour des chevaux pour les amener au plus du Mont Bromo.... [ Nous avons énormément de mal avec cette façon de voyager et nous nous refusons à utiliser les animaux pour atteindre un but! ]

Une fois au pied du volcan Bromo, seulement 253 marches nous séparent de son cratère. Depuis son sommet la vue est encore plus majestueuse et nous décidons d'en faire le tour afin d'observer ce qu'il se cache derrière. A son sommet, on se sent comme privilégiés, la vue à 360 degré sur la Laotian Pasir nous porte hors du temps. Et comme tombé du ciel, nous avons fait une incroyable rencontre celle de Christophe voyageur solo à vélo depuis plus de 18 mois. Son parcours et son histoire sont incroyables et nous avions tant de questions à lui poser qu'il était difficile de le quitter.

 

 

L'heure est déjà venue pour nous de quitter ce rustique village des montagnes javanaises pour prendre le bus en direction de la tumultueuse ville de Jogjagarta. Un long voyage de 11 heures de bus nous attend en compagnie de Nick jeune Californien passionné de plongée sous marine.

 

 

 

Lohe & Elo

Sac-a-2

 

Please reload